Mon espace Logo ifec

Pour vous déconnecter Cliquez-ici !

E-LETTER PARIS ILE DE FRANCE

IFEC

 
 
AGENDA DE LA SECTION

LA VALORISATION DU CABINET, ENJEU MAJEUR DE LA TRANSMISSION

Philippe Bonnin

VERS UNE CONSÉCRATION DU CAC DANS LES PME

Fabrice Vidal

EXPERTS-COMPTABLES :
QUELS OUTILS DE PRODUCTION POUR DEMAIN ?

Denis Barbarossa

DÉBATS AU FIL DE L'EAU

Gilbert Metoudi

IFEC PARIS ILE-DE-FRANCE
139 RUE DU FAUBOURG SAINT HONORÉ
75008 PARIS

TEL : 01 42 56 83 21
RÉALISATION : OH MY PROD
RÉDACTION EN CHEF ET COORDINATION :
FLORENT BURTIN
IMPRESSION : ICI - CHOLET
ISSN N° 2109-196X


'IFEC se mobilise. L'IFEC investit Françoise Savés et son équipe pour les élections de l'Ordre des Experts-Comptables. Françoise Savés prend position sur la modernisation de notre profession et répond de façon concrète à nos besoins de terrain quelle que soit la taille de notre cabinet ! L'IFEC est le syndicat de tous les professionnels, de tous ceux voulant s'organiser et faire évoluer notre profession. Nous voulons promouvoir l'expertise comptable, la protéger, la spécialiser, lui garantir son éthique et agir. Agir jusqu'au niveau européen, car les enjeux ne se cantonnent plus à nos frontières.

L'IFEC confirme sa position sur la nécessité de renforcer le rôle et le champ d'action de nos deux professions au sein de l'économie et nous considérons que la fusion des institutions conduira à la réduction de notre périmètre d'exercice professionnel. Nos professions doivent gagner en productivité et en coût mais sans perdre leurs marchés ! Disons le : « Nous ne voulons perdre ni nos missions d'expertise comptable traditionnelle, ni nos missions de commissariat aux comptes dans les PME ». Car ces missions sont complémentaires et essentielles pour les TPE et PME afin de garantir leur bonne gestion et le respect des lois. Il faut le dire haut et fort ! Nous voulons une meilleure promotion des valeurs attachées à chacune. Il faut donc éviter la confusion et affirmer leurs spécificités.

Notre Équipe parisienne avec Philippe Bonnin, en tête, et Denis Barbarossa démontre bien le renouveau de notre engagement pour l'expertise comptable. Nos listes sont en cours de constitution et nous sommes en marche pour une victoire lors des prochaines élections. Car nous voulons également au niveau local faire bouger les lignes et pas uniquement en économisant quelques euros sans l'ambition de soutenir les professionnels et sans promotion de notre activité, de notre business. Il faut améliorer le ratio coût/utilité de l'Ordre. Une cotisation même minime, si elle ne sert pas correctement les professionnels, sera toujours trop chère. Nous en voulons pour notre argent !

Nous vous invitons à nous rejoindre lors de nos activités syndicales, nos mardis IFEC, nos apéros Pacioli, nos petits-déjeuners CAC, à Paris et dans les départements. Nous formons, informons et vous défendons.

Vous pouvez compter sur nous !

   
 
 
aradoxalement, en pleine période du "papy-boom", on constate aujourd'hui que nous sommes plutôt dans un marché acheteur. La question du prix devient alors centrale et notamment pour les "primo-accédants".
Traditionnellement, l'évaluation des cabinets est souvent fondée sur les méthodes analogiques ou des comparables. Cependant, en période de crise avec une diminution des rentabilités, elles peuvent s'avérer être en décalage avec un prix qui permettrait à l'acquéreur de rembourser l'emprunt d'acquisition et de percevoir la rémunération qu'il est en droit d'attendre. Ces transactions imposent aux acheteurs de préparer leur projet entrepreneurial non seulement sur l'exploitation optimale de la clientèle à acquérir, mais aussi sur son potentiel de développement et notamment en augmentant l'offre de services. Lorsque la valorisation des cabinets devient un obstacle majeur pour l'accès au capital à des professionnels désireux d'entreprendre, les cédants se tournent naturellement vers des acteurs à la recherche de part de marché et demain vers de nouveaux entrants. A l'inverse, tous les ingrédients d'une bonne transmission ne sont pas toujours satisfaits ; pérennité, valeurs morales, culture, identité, autant de caractéristiques qui ont permis au cabinet de se construire, de se développer et de trouver un positionnement en phase avec les attentes de son marché.
Une profession dynamique est une profession qui est capable de préparer sa pérennité et donc sa transmission entre les générations. De nombreux cabinets ont répondu à cette ambition avec des solutions de dépatrimonialisation. Cette opportunité permet à des professionnels aux ambitions entrepreneuriales dotés de talents générateurs de croissance, d'entrer au capital à des conditions favorables, sous réserve que leur contribution au La valorisation du cabinet Un enjeu majeur de la transmission ! résultat et au développement du cabinet au fil de leur implication soit un retour sur investissement mesurable pour les associés en place. Cette méthode de valorisation ne repose plus sur un concept de patrimoine avec une valeur marchande statique mais sur le droit à un outil de travail permettant d'exprimer ses talents au bénéfice de chaque contributeur après avoir rémunéré la structure.
De ce fait, l'entité s'affranchit du point toujours épineux de l'évaluation et notamment au moment de l'intégration de jeunes talents prometteurs de succès pour le cabinet.
Entre la méthode qui consiste à valoriser immédiatement la capacité à générer des résultats futurs et celle qui propose de les capitaliser au fur et à mesure qu'ils sont produits, il existe un écart correspondant à la rémunération du risque pris à l'origine. Les perspectives de notre marché nous amènent parfois à appréhender la pérennité de nos cabinets au travers de regroupement ou dans la volonté de développer le nombre d'associés.
Chaque mode de valorisation sera approprié, dans la mesure où il trouvera sa cohérence dans le pacte d'associé ou le protocole de transmission entre les associés. L'IFEC travaille depuis de nombreuses années sur tous ces sujets pour accompagner au plus près de l'actualité nos confrères. Ces sujets, toujours délicats à appréhender tant du point de vue psychologique que technique, nécessitent une attention et un accompagnement qu'il ne faut jamais négliger. La commission "Vie du Cabinet" de l'IFEC a récemment produit un cahier pratique sur tous ces sujets qui s'intitule "S'associer ?" et vous permet de faire un état des lieux de votre situation et des enjeux humains, juridiques et financiers.
Le marché francilien de la transmission des cabinets nécessite une attention et un accompagnement dont les instances ordinales régionales auraient dû anticiper les actions pour permettre à nos confrères de se préparer. L'Ordre est au service des confrères et ce sujet d'actualité est pour l'IFEC Paris Île-de-France un enjeu capital auquel nous répondrons avec des actions concrètes.
 
   
 
  epuis 2009, la profession a su, notamment avec la mise en place de la "norme PE", mais aussi grâce à son travail d'explication tourné à la fois vers les décideurs publics et les chefs d'entreprise, démontrer l'utilité du commissariat aux comptes dans les PME. Cette norme, élaborée par la Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes et homologuée par le Garde des Sceaux après avis du H3C, nous permet désormais d'adapter notre audit aux structures auditées, afin de le rendre plus pertinent. Elle a donc contribué à la reconnaissance en France du commissariat aux comptes dans les petites entités.
Cependant, au niveau européen, la tentation d'une simplification manquant de discernement a conduit la Commission Européenne à publier le 25 octobre dernier un projet de directive comptable prévoyant une absence d'audit légal dans les entités ne dépassant pas 2 des 3 seuils suivants :
2 500 000 € de total de bilan, 5 000 000 € de chiffre d'affaires et 10 salariés. Néanmoins, le projet de directive (qui devrait être présenté par Michel Barnier postérieurement à la mise sous presse de ce numéro), dont un projet a fait l'objet de fuites dans la presse, devrait laisser la possibilité aux Etats membres de maintenir le contrôle légal des petites entités. Ainsi, la directive comptable devrait uniquement décourager les Etats membres de rendre obligatoire l'audit des petites entités, sans que cette mesure ne soit contraignante. Le processus législatif européen (codécision du Conseil et du Parlement), pendant lequel nous resterons vigilants, devrait prendre au moins 18 mois. Nous ne doutons pas que le gouvernement français, reconnaissant la pertinence de notre audit adapté et soucieux de la fiabilisation des bases fiscales des entreprises françaises, maintiendra les seuils français actuels.
Quoi qu'il en soit, nous resterons déterminés et mobilisés pour continuer à défendre le modèle du commissariat aux comptes à la française et plus particulièrement le commissariat aux comptes dans les PME, qui représente, ne l'oublions pas, 70 à 80 % de nos mandats.
   
 
 

Christian Bordas, membre de longue date de l'IFEC et associé du Cabinet AFIGEC, a été élu Président ; il a ainsi pris en charge la gestion des quelques 10 500 adhérents professionnels libéraux. Christian Bordas a l'honneur d'être accompagné dans cette tâche par Madame Cernilde ABARCA, directrice de l'ARAPL depuis de nombreuses années et dont la compétence est reconnue de tous.
L'ARAPL Île-de-France a su, au cours des années, gagner par sa qualité de service la confiance de 2 500 experts-comptables. La Conférence des ARAPL est d'ailleurs partenaire de l'Union Nationale de la Profession Comptable et des Organismes de Gestion Agréés, créée à l'initiative du Conseil Supérieur de notre Ordre.

Que nous dit la règlementation sur l'adhésion à une association de gestion

Les adhérents à une telle association jouissent d'un certain nombre d'avantages. En effet, ils bénéficient de la non majoration fiscale de 25 %de leur bénéfice mais aussi de la déduction du salaire versé au conjoint. Une déduction de la totalité des frais réels professionnels ainsi que la réception chaque année d'un dossier d'analyse économique (DAE) sont également prévus.
Enfin, certains experts-comptables l'ignorent encore, l'adhésion à une association de gestion

agréée permet de réduire le délai de reprise de l'administration fiscale de 3 à 2 ans : l'adhérent gagne ainsi un an de tranquillité fiscale.

Pourquoi adhérer à l'ARAPL Île-de-France, plutôt qu'à une autre ?

Tout d'abord, l'association est dirigée par des experts-comptables qui connaissent donc parfaitement les problématiques liées à la profession ainsi que les attentes de leurs confrères ;
- Ensuite, l'ARAPL organise des formations de haut niveau sur des questions concrètes à l'adresse des confrères et de leurs collaborateurs. Celles-ci leur permettent de gagner beaucoup de temps pendant les périodes fiscales, lors de l'établissement et de l'envoi des déclarations 2035 et des déclarations y afférent.
Le fameux Dossier Spécial 2035 est adressé gracieusement à l'ensemble des expertscomptables. Ce document, assorti de cas et d'exemples précis, est un outil reconnu de tous ; il est d'ailleurs utilisé comme ouvrage de référence par certains services fiscaux. « L'ARAPL a su, au cours de son existence, se différencier par la richesse et la qualité de sa documentation, notamment à travers la 2035, confirme Cernilde Abarca, Directrice de l'ARAPL Île-de-France. Nos adhérents nous en font d'ailleurs souvent la remarque. »
Enfin, l'ARAPL assure aux experts-comptables et aux adhérents des prestations de qualité grâce à l'intervention de collaborateurs compétents. L'association propose à tous ses adhérents un service de procuration permettant à l'expert-comptable de régler, directement et en temps réel avec l'ARAPL, les questions relatives au dossier du client, sans passer par celui-ci.

Alors n'hésitez plus, faites adhérer vos clients au plus vite ! Valérie GOMES et Olinda SIMOES sont à votre disposition pour tout renseignement et demande d'adhésion au 01 53 70 65 65.
ARAPL IDF : 6, Bd des Capucines – 75009 Paris

   
 
   
  omment et qu'exercerons-nous demain ? Moins de saisie et de chiffres, vers un nouveau métier de conseil ? D'ici là, la production des comptes reste toujours notre première source de chiffre d'affaires et il convient de préparer le cabinet aux nouvelles attentes des clients qui ne se limitent pas à l'établissement des comptes annuels et des déclarations fiscales et sociales ! Nos clients souhaitent plus de réactivité, plus d'interaction et de collaboratif. Pour vous y aider, l'IFEC renforce son avance en matière d'outils et son offre de services en vous proposant le premier Salon Innovation & Productivité à Lyon le 27 janvier : pour faire le point concrètement et pas à pas sur ces questions.
Cette rencontre innovante est le fruit du travail de Thierry Polack et Denis Barbarossa, entourés d'une équipe de 4 Experts-comptables investis sur ces questions d'innovation au service de votre outil de production et relation clients, mais également de recherche de productivité qui ne se trouve pas toujours dans la saisie. En effet, les procédures et les nouveaux outils de communication ou de traitement d'informations peuvent receler d'importants gains à réaliser.
Ce premier Salon Innovation & Productivité débutera par une plénière sur le cloud computing : "De quoi parle-t-on réellement ? Quels sont les outils, pour quels usages ?", puis s'articulera autour de 4 parcours :
• communication interne et externe : e-mail, agenda partagé, site web comment faciliter les échanges et gagner en réactivité,
• nouvelles missions : facilitons le tableau de bord et le rendu au client
• cabinet et organisation de la production : quel process mettre en place et quelles procédures de contrôle, la GED et son organisation,
• cabinet et travail collaboratif : quelles procédures mettre en place pour quel contrôle ? Le partage des infos : quoi avec qui ?
L'IFEC vous propose une démarche nouvelle : les animations se feront en présence d'un groupe restreint de participants favorisant les échanges et dynamisant l'expérience utilisateur. Dans cet esprit, le retour d'expérience de ceux ayant déjà franchi le pas des outils connectés rend les échanges plus dynamiques ; et étape par étape, les différentes phases de mise en oeuvre vous seront détaillées, explicitées afin de repartir avec des outils pratiques pour une application rapide dans vos cabinets.
   
 

Ce premier salon intégralement dédié à l'innovation et à la productivité du cabinet, est le fruit du travail en commission à l'IFEC de vos consoeurs et confrères qui s'investissent, échangent sur les bonnes pratiques, leurs trouvailles. Vous aussi, venez vous enrichir de ces bonnes idées à mettre en oeuvre rapidement au sein de votre cabinet. Les solutions proposées sont rapidement et facilement déployables et vous permettront d'aborder la présentation des comptes à vos clients de manière plus rapide, plus simple. Par ailleurs, le collaboratif est une attente de nos clients, venez découvrir sa mise en fonctionnement et préparez demain avec plus de sérénité.

   
   
 
  otre profession connaît des difficultés depuis plusieurs années en région parisienne pour recruter et fidéliser ses collaborateurs. Notre syndicat est conscient de ce problème et consacre du temps afin de sensibiliser et aider les confrères à trouver des solutions. Au cours des derniers mois, nous avons multiplié les animations, publications et manifestations qui ont rencontré un franc succès. Parmi ces dernières, le Salon Social & RH et les mardis de l'IFEC ont suscité des réflexions porteuses d'espoir ; les intervenants osent à présent parler de l'adoption d'une culture de réseau et de l'intégration des nouvelles technologies. Nous devons prendre conscience en particulier que les nouvelles générations sont nos forces vives d'aujourd'hui et seront nos chefs de mission de demain et peut-être, nos associés.
La structure d'exercice va profondément évoluer dans les prochaines années et nous regrettons que nos instances et, en particulier celles de l'Île-de- France, soient totalement inertes sur le sujet et ne déploient aucune action d'envergure afin d'attirer davantage de candidats vers la profession. En ma qualité d'élu au Conseil Régional de l'Ordre de Paris, j'ai eu à maintes reprises l'occasion de m'exprimer à ce propos et de proposer, comme d'autres élus de l'IFEC, à la majorité qui dirige et préside ce conseil, de déployer des moyens conséquents, afin d'améliorer une situation préoccupante pour le développement et la réputation de notre métier.
En 2012, nous allons certainement subir les conséquences d'un ralentissement de l'activité économique et nous mettrons en avant l'importance de la gestion des ressources humaines présentes et à venir, de nos cabinets.