Mon espace Logo ifec

Pour vous déconnecter Cliquez-ici !

33 Propositions pour une profession ambitieuse !

La France connaît aujourd’hui des difficultés globales et multiformes, politiques, économiques et sociétales, qui pèsent sur sa croissance. Nous devons agir en faveur d’un basculement vers un nouveau monde, savoir rompre avec le passé sans se renier, avoir des convictions fortes, rebondir sur nos atouts pour mettre en œuvre le changement.

 

L’heure est au rassemblement, à l’union des forces positives pour faciliter l’adaptabilité de tous ! 

Dans ce contexte, le volontarisme, le sens des responsabilités et de l’engagement collectif qui sont les miens, m’amènent aujourd’hui à briguer la Présidence du Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts-comptables, l’instance suprême représentant les quelques 19.500 Experts-comptables de la profession, les 6.300 stagiaires et les 130.000 collaborateurs au service de plus de 2 millions d’entreprises.

 

Je mesure l’importance de cette fonction et ses responsabilités. Je pense avoir fait la preuve de mon engagement depuis plus de quinze ans à la tête du Conseil de l’Ordre d’Aquitaine d’abord, au Conseil Supérieur, en qualité d’élue et de Rapporteur Général du Congrès National de Toulouse en 2006 et à la tête de l’IFEC, grand syndicat professionnel ensuite.

 

Dans un contexte de risque de fragmentation du corps professionnel, sur fond d’individualisme exacerbé, je veux conduire une liste de rassemblement et d’ouverture pour la prochaine mandature 2013/2017.

 

J’aime cette profession pour son double rôle ; le premier, le rôle  citoyen, celui de l’engagement en faveur du civisme fiscal et social ; le deuxième, celui d’être auprès des entrepreneurs pour les aider à franchir des étapes souvent synonymes de prise de risques.

 

Ma décision est amplement motivée par la volonté d’agir, pour porter la nécessaire modernisation de la profession comptable au service du développement des entreprises et de la cohésion économique et  sociale, en France et en Europe.

 

En effet, cette profession a besoin d’évoluer plus rapidement et plus radicalement qu’elle ne l’a jamais fait, afin de surmonter les grands défis majeurs auxquels elle est confrontée.

 

Les crises, la menace sur notre modèle économique et social, l’explosion des nouvelles technologies et des réseaux par-delà toute frontière, ouvrent à une culture globale et instantanée.

 

La jeune génération, très à l’aise dans ce nouveau monde, nous force à penser différemment le travail, la communication, la culture et la vie. Les repères ne sont plus les mêmes, ne pas en tenir compte nous mènerait sûrement à l’échec.

 

Notre devoir et notre avenir nous oblige à tendre la main à la jeunesse, puis de lui donner les clefs !

La profession souffre d’un problème d’attractivité, elle peine à attirer les talents et à les conserver. Cela  peut entraîner des difficultés par pénurie de richesses humaines adaptées aux attentes des marchés.  La perte de parts de marché sera alors le fait de ces  générations de clients qui ont toute l’information en un clic et qui cherchent surtout la compétence de plus en plus pointue, rapide, diverse et la confiance qu’ils construisent dans une relation personnelle et régulière.

 

Les managers de demain ont le devoir d’enrichir les organisations avec plus de travail collaboratif, de transversalité, de mise en réseau, loin du système hiérarchique pyramidal, mais aussi plus de diversité.

 

Face à cet inévitable bouleversement de leur profession, les Experts-comptables doivent repenser les modalités de leur accompagnement des entreprises et de leurs dirigeants et ce, au cœur des territoires où ils sont implantés.

 

La profession se trouve aussi face à un contexte particulièrement tendu dans lequel le tout-État ne peut pas assumer à lui seul l’ensemble des fonctions d’aide aux entreprises. Les pouvoirs publics doivent, en effet, pouvoir s’appuyer sur elle, pour participer activement au sursaut social et sociétal rendu indispensable par la gravité de la situation économique. La profession doit jouer pleinement son rôle de relais, il est essentiel.

 

Pour faire face à ces enjeux, la créativité, l’imaginatif, l’innovation, le sens des relations humaines, la faculté de prendre des initiatives, l’optimisme, sont des atouts pour assurer la pérennité de la profession. 

Je veillerai  à ce que l’équipe qui m’entoure et moi-même partagions ces valeurs, que nous ayons le sens de la diversité, de l’ouverture vers le monde économique et vers la société, et de la modernité constructive.

Je me consacrerai pleinement à cette fonction qui nécessite un investissement de tous les instants.

Je serai proche de tous, sur le terrain, pour partager et agir en conséquence, rectifier les stratégies, s’adapter en permanence et rassembler toujours.

 

 

Françoise Savés