Menu

Commission Innovation

Thierry Polack et Denis Barbarossa, co-présidents de la Commission Innovation (CIT).

Exprimer une ambition en parlant du programme de la CIT pour les années à venir, montre bien la conscience que nous avons de l’ampleur de la tâche. 

L’arrivée sur le marché des Ipad et Iphone, puis des tablettes et des smartphones Androïd, accompagnés de l’offre de logiciels ludiques et professionnels disponible sur le store est entrain de révolutionner la vision des applications professionnelles. 
 

Les champions d’hier : Microsoft, Balckberry, sont les challenger d’aujourd’hui ! 

L’évolution des systèmes d’information est fulgurante ; la multiplicité des plates-formes oblige au collaboratif et aux interconnexions entre les acteurs. Aussi, l’arrivée de machines hybrides, mi-tablettes, mi-pc, bénéficiant des avantages des deux systèmes, sont autant de signes qui présagent de une révolution des systèmes, tant dans leur mise en œuvre que leur périmètre fonctionnel et accessibilité. 

A ce titre, le rôle de veille, d’information, de proposition de la Commission Innovation Productivité est stratégique pour accompagner les cabinets et leurs clients à faire les bons choix et prendre les bons wagons de la technologie. Un programme chargé, par conséquent, et qui va comporter plusieurs axes :

  • Le premier concerne les métiers de base et la production du cabinet, avec un angle plutôt nouveau. En effet, l’importance des mutations évoquées, nous amène à vouloir mettre à jour un panorama des offres aussi bien en matière d’expertise comptable que de commissariat aux comptes. 

Une première étape sera de réaliser un état des lieux de l’offre aujourd’hui, sur un support dynamique, de façon à rendre simple sa mise à jour qui devrait être permanente.  Au-delà des simples fonctionnalités, la Commission souhaite établir un guide explicitant les différentes solutions à la disposition des cabinets, grille de lecture intégrant les éléments technologiques et leurs influences en matière de coût, de facilité et d’usages (SAS, Cloud, Local, API,…). Cet exercice sera étendu aux outils de production spécialisés et plus particulièrement à l’offre périphérique de logiciels d’aide au conseil, en analysant les facilités d’interconnexion, la pertinence des solutions et l’influence sur la capacité de développement des missions du cabinet.

  • Le deuxième axe concerne un sujet sur lequel la Commission a déjà travaillé en produisant un cahier technique, il s’agit de ladématérialisation et le travail collaboratif. L’objectif est de proposer des solutions concrètes sur le sujet, allant du portail cabinet pour lequel des solutions existent déjà à une véritable armoire électronique client. Face au nombre impressionnant de conceptions différentes sur ce sujet, la Commission considère qu’il convient en premier lieu d’établir un cahier d’expression de besoins qui puisse correspondre à la demande de la Profession et, dans un second temps, analyser le marché et, éventuellement, rechercher des partenariats de mise en œuvre.
  • Enfin, les travaux de la Commission n’auraient pas suffisamment de sens, si, au-delà des études destinées à améliorer la productivité, il n’y avait pas la volonté de développer le business du cabinet, troisième axe de travail de la Commission.

Les idées exprimées tournent autour de la question « Quels outils pour quelles missions ? », envisageant ce qui tourne autour du prévisionnel, du contrôle budgétaire et du Business plan de l’entreprise, tout ceci en lien avec la Comptabilité,  et, au bout de la chaîne, le Tableau de Bord. Sur ce thème, les questions autour de la problématique du local au cloud, des possibilités d’interactions / connexions des différents outils du cabinet (production/conseil) seront posées.

Un focus particulier sera apporté à l’idée de donner de l’utilité aux comptes, en proposant des méthodes afin de revoir la présentation des comptes d’une manière plus orientée clients et suivant son business model.

Par ailleurs, les besoins en formation seront étudiés en fonction de l’actualité et des évolutions.

Parmi les thèmes que la Commission a prévu de mettre en avant : SEPA : refonte des flux bancaires, flux données (xml, EDI/EFI) : procédures et mises en œuvre, audit des systèmes d’information. 

Enfin, les travaux de la Commission n’auraient pas d’intérêt s’ils n’étaient accessibles et diffusés. Pour ce faire, la Commission a prévu d’être présente sur la revue Economie et comptabilité et d’organiser une nouvelle édition du Salon Innovation et Productivité, le29 novembre à Paris, salon ouvert aux petits comme aux grands acteurs et orienté vers l’utilisation, structurant les offres par nature d’application, avec toujours à l’esprit, la vision opérationnelle pour les cabinets et leurs clients.

La Commission est ouverte à toutes les bonnes volontés et tout adhérent intéressé par ces sujets tirera le plus grand profit à participer à ses travaux, pour lui, pour son cabinet et l’ensemble du syndicat et de la profession !