Menu

Le scandale OGA... un an déjà !

Toujours plus de déclaratif non rémunéré pour l'expert-comptable et son équipe !

 


Un décret précisant les modalités d'action des OGA a été récemment publié.

Le problème est bien antérieur au décret.
Le problème c’est la loi qui a été votée il y a bientôt un an sans opposition du CSOEC dirigé par ECF.
L’IFEC avait alerté la profession très en amont suite à un rapport de juillet 2014 de la Cour des comptes.

Malheureusement le soutien appuyé de certaines fédérations d’OGA et l’inaction du CSOEC ont laissé s’installer l’Examen Périodique de Sincérité*.

Pour rappel, l’amendement proposé par l’IFEC en décembre 2015 avait été rejeté au parlement suite à une intervention de Christian Eckert expliquant que «quinze fédérations ont été consultées, en sus du Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables et nul n’a trouvé, je crois, à redire quant à ce projet ».

Le combat que mène l’IFEC depuis un an ne peut aboutir que si tout le monde est en accord.

Mobilisons-nous tous ensemble cette fois-ci, même si c’est plus dur de revenir en arrière que de bloquer en amont, pour espérer changer le texte de loi.

Mobilisons-nous tous également pour refuser le projet actuel de la DGFIP sur la transmission des pièces justificatives et des attestations de validité du FEC.

L’IFEC propose le lancement d’états généraux avec toutes les parties prenantes Ordre, Syndicats et OGA afin de revenir sur ce texte en organisant un vrai lobbying au Parlement.

Si cette réforme s'applique en l'état, ce serait un boulversement pour tous : OGA, clients et experts-comptables.


Retrouvez nos précédents articles/communiqués dédiés aux OGA sur ifec.fr


Examen Périodique de Sincérité : contrôle par les OGA des pièces justificatives de leurs adhérents, y compris accompagnés par un expert-comptable.